Lors d’un sacrifice animal juif, êtes-vous censé manger l’animal après qu’il ait été brûlé?

Au temps du Temple, la majorité des sacrifices étaient mangés par ceux qui les apportaient avec des portions allant au Kohen qui avait effectué le sacrifice en leur nom. Quelques sacrifices ont été complètement brûlés (le Korban Olah) dont les Korban Chatas (sacrifice pour le péché) et Korban Asham Tali (le sacxrifice mis en doute s’il fallait apporter un sacrifice pour le péché) étaient les plus courants. Cependant, contrairement à l’idée fausse répandue, un sacrifice pour le péché n’a été apporté que pour les péchés les plus graves commis ACCIDENTELLEMENT, s’il était fait délibérément, aucun sacrifice ne pouvait être apporté! Ainsi, des sacrifices apportés, les sacrifices pour le péché étaient relativement rares.

Une autre idée fausse commune est que le sacrifice a été fait sur l’autel. Ça ne l’était pas! Les animaux ont été sacrifiés dans une zone d’abattage spécifique et le sang a été aspergé sur l’autel avec les portions à brûler puis placé sur l’autel pour être brûlé avant le lendemain matin. ainsi pour un sacrifice comme le Korban Pesach, à part quelques parties spécifiques de l’animal à brûler, la majorité de la carcasse n’est jamais allée nulle part près de l’autel et le seul endroit où elle a été brûlée était dans le feu dans lequel elle a été rôtie. être mangé!

Premièrement – pour être clair – aujourd’hui, le sacrifice d’animaux est interdit par la loi juive. Il existe de nombreux sacrifices d’animaux différents décrits dans la Bible. Certains sont complètement brûlés tandis que d’autres sont partiellement mangés par un Cohen ou la personne qui l’apporte.

Le sacrifice des animaux faisait partie du judaïsme, mais n’a pas fait partie du judaïsme depuis la destruction du Second Temple en ~ 70 EC, donc la question est quelque peu théorique. Cependant, je crois comprendre qu’il y avait différents types de sacrifices, et que l’on mange le sacrifice ou non dépendait du type de sacrifice. Un rabbin pourrait vous en dire plus. Quoi qu’il en soit, tel que formulé («êtes-vous censé le faire», au présent), la réponse est non, car on n’est pas censé faire de sacrifices d’animaux; le judaïsme contemporain utilise la prière à la place de l’ancien service du temple.

Cela dépend du sacrifice. Certains sacrifices, comme l’holocauste ou l’holocauste, ont été entièrement brûlés en cendres. D’autres sacrifices, comme l’offrande de paix, ont été partagés avec tous ceux qui le voulaient. D’autres encore, comme l’offrande, ont été mangés par les prêtres. Et l’offrande de la Pâque a été mangée par ceux qui l’ont apportée.

Le «sacrifice animal juif» trouve son origine dans une autre époque; tellement différent qu’il n’est pas vraiment possible de se rapporter au concept aujourd’hui. L’exécution actuelle du «sacrifice» est de donner de la charité et de «donner jusqu’à ce que ça fasse mal».

Tout d’abord, il est plus exact de poser cette question au passé. Mis à part les Juifs éthiopiens, aucun Juif après la destruction du Temple ne s’est engagé dans le sacrifice d’animaux. Cela dit, il est facile de voir la réponse: un simple coup d’œil dans le troisième livre de la Torah, Vayikra ou Lévitique, indique que les sacrifices ont été mangés par les prêtres, avec des instructions très précises sur comment et quand manger les sacrifices.

Au moment du / des temple (s), les animaux étaient en effet sacrifiés puis mangés par les kohanim, essentiellement des mecs spéciaux, qui étaient chargés des devoirs du temple. Je ne sais pas où vous avez entendu parler de leur brûlure, je n’ai jamais lu cela nulle part dans la Bible.

Edit: Apparemment, la gravure était en effet le principal moyen. Néanmoins, cela ne se produit plus.

Le Cohen (prêtre) est censé le manger. Différents types de sacrifices ont des règles différentes, mais la seule chose qui change, c’est combien de temps ils doivent en manger et combien en manger. Cela a du sens puisque Cohens vit de l’offre apportée au Beit HaMikdash.